C’est par la préfecture de Tougue située à plus de 500 kilomètres de Conakry la capitale guinéenne en Afrique de l’ouest, que les visites de terrain ont démarré.

Les localités de kollet, farato-Dabeleya, les plaines agricoles de kollet centre et de konah ont constituées les sites visités par le Coordinateur de la cellule nationale Soufiane DABO.
Partout, les aménagements hydroagricoles, l’adductuon en eau potable, les étangs piscicoles et la préservation des écosystèmes ont été passés en revue, par M.Dabo et son équipe composée du responsable du comité local de gestion Diao DIALLO et des contrôleurs des dits chantiers en cours de réalisation.
Le constat d’ensemble révèle que les travaux se poursuivent non sans difficultés, et suscitent des interrogations, notamment de la part du cabinet ayant en charge les travaux.
Interrogé,  le Coordinateur Soufiane DABO est tout d’abord revenu sur l’objectif de la mission,  avant de se prononcer justement sur l’état d’avancement des travaux en ces termes  » cette tournée a pour objectifs entre autres, d’évaluer les travaux réalisés par l’OMVS.  Nous intervenons dans plusieurs domaines dont l’agriculture,  la pêche,  l’environnement et la lutte contre les maladies à travers l’adductuon en eau potable.
 Sur l’évaluation qu’on peut faire, j’avoue que sur la question de la pêche et de l’adductuon en eau potable, tout se passe pour le mieux.  Mais c’est au niveau des aménagements hydroagricoles que des problèmes se posent quant au respect du délai contractuel.
Il s’agit notamment, des canaux d’irrigation, les clôtures dont la réalisation traine beaucoup.
Il poursuit que cette mission se situe dans le.cadre également de la prochaine visite du Haut Commissaire de l’OMVS en Guinée. Il ajoute que  » c’est pour évaluer les travaux réalisés et voir aussi les défis qui subsistent et voir dans quelles mesures selon les moyens, d’y remédier… ».
Quant au bureau qui évalue les travaux, son constat évoqué que  le travail n’évolue pas.comme cela se devrait.
Selon Mamadou Kaly BAH,  » ça n’évolue pas véritablement et vous voyez, ils ne sont même pas sur le terrain, donc nous ne sommes pas très satisfaits de l’évolution des travaux » . Pour être concret,  les stations de pompages, les canaux d’irrigation primaires et secondaires ne sont pas achevés et cela rend difficile le travail de la terre pour les paysans producteurs qui ne vivent que de ça,  en tous cas la grande partie de la population ».
Il se félicite cependant de l’appui de l’OMVS, qui « soulage » les populations, car lorsque l’eau est disponible selon lui, cela réduirait la corvée des populations notamment des femmes qui parcouraient de longues distances pour trouver de l’eau potable et qui y font le maraîchage, et que nous avons eu l’occasion de voir en activité.
Des femmes qui se réjouissent de l’appui de la cellule nationale de l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal, OMVS,  naturellement.
S’agissant de l’adductuon à l’eau potable, particulièrement, l’OMVS a réalisé un château qui alimente 10 bornes fontaines pour les populations de la localité de kollet.
Un geste vivement salué par les bénéficiaires donc. Malal BALDÉ, par exemple se dit  » satisfait du geste qui vise à fournir de l’eau potable aux populations.  Ce qui va réduire leurs corvées et naturellement, augmenter les rendements ».
Dans la commune urbaine de Labé,  c’est le centre OERS qui a été visité. Là aussi les travaux piétinent.
À ce niveau, le Coordinateur National a mis en demeure l’entreprise contractuelle de présenter un nouveau planning et de délai pour terminer les travaux dans un délai acceptable.
Prochaines étapes, les prefectures de Dalaba et Mamou dans la région administrative de Mamou.
Idi CA pour radio Environnement Guinée www.radioenvironementguinee.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here