L’humanité a célébré hier samedi 16 octobre 2021, la journée mondiale de l’alimentation sous le thème « Agir pour l’avenir : Améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie ». Cette journée qui marque ce 76ème anniversaire de la création de la FAO, a été l’occasion d’attirer l’attention des décideurs politiques et autres acteurs sur les aspects les plus critiques de la faim et de la malnutrition. Elle permet également d’encourager les populations à la base, à lutter contre ce fléau mondial.

A cette occasion, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), à travers sa représentation guineenne,
en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, ont organisé une cérémonie pour commémorer cette date. C’est le site horticole de Sonfonia situé dans la commune de Ratoma qui a servi de cadre à la remsie des équipements et outils de travail, mais également de protection aux aux groupements des femmes maraichères de cette localité.

Dans son allocution de circonstance, l’Assistant au Représentant de la FAO, le responsable des programmes, Mamadou Tanou Diallo, dira que « l’augmentation des taux d’alphabétisme chez les femmes peut contribuer à faire reculer la faim. La FAO estime qu’il faut 40 à 50 milliards d’USD d’investissement annuels dans les interventions ciblées pour éliminer la faim d’ici 2030. De nombreux projets peu couteux et percutants peuvent aider des centaines de millions de personnes à mieux répondre à leur besoins alimentaires. A titre d’exemple, des interventions ciblées de recherche-développement destinées à développer les technologies dans le secteur agricole, à apporter des innovations dans l’agriculture numérique et à augmenter les taux d’alphabétisme chez les femmes peuvent grandement contribuer à faire reculer la faim. Mais d’autres éléments essentiels, comme l’amélioration des données, de la gouvernance et des institutions, sont aussi à prendre en compte ».

S’interrogeant sur l’avenir de la planète, notamment de la protection de l’environnement, l’Assistant au Représentant, Dr Mamadou Tanou Diallo, invite l’ensemble des couches à observer une attention particulière quant à l’utilisation rationnelle des ressources agroalimentaires.
« Nous avons tous la capacité d’œuvrer au service de l’alimentation. Nos actions déterminent notre avenir. Vous et moi sommes le point de départ de la transformation de nos systèmes agroalimentaires, qui permettra de faire reculer la faim dans le monde, de favoriser une alimentation saine, d’atténuer les dommages causés à l’environnement et de réduire les gaspillages », ajoute-t-il.

Pour sa part, le Secrétaire Général du ministère de l’agriculture et de l’élevage, Dr Famoï Béavogui, estime que le thème de cette année est important dans la mesure où il met l’accent sur les régimes alimentaires saints et invite la population à se nourrir elle-même tout en préservant la planète.
« Qu’est-ce qu’une alimentation saine ? C’est tout simplement celle qui est constituée d’aliments sûrs, nutritifs, variés et en quantité suffisante pour mener une vie active et réduire le risque de maladie. Elle comprend des fruits, des légumes, des légumineux, des noix, des graines, des céréales et d’autres aliments à faible teneur de graisse, en particulier en graisse saturée en sucre et en sel », souligne-t-il.
« Donc la journée mondiale de l’alimentation est l’occasion d’inviter le grand public à s’interroger sur ses choix alimentaires et d’appeler à prendre des mesures d’urgence dans tous les secteurs pour que chacun ait accès à des aliments plus saints, produits dans les conditions durables, à un prix abordable et dans un environnement saint », a ajouté le Secrétaire Général du ministère de l’agriculture et de l’élevage, Dr Famoï Béavogui.

La cérémonie a été surotut marquée par la remise d’équipements composés entre autres de brouettes, de gants, de seaux, de dabas, de coupe-coupe, de semences, d’engrais, de pelles et bien d’autres. Madame Elisabeth Kpoghomou, présidente de l’Union des groupements de femmes maraichères de Matoto exprime sa joie au nom.

« C’est une joie pour nous et nous remercions la FAO, le ministère de l’agriculture mais aussi le président de la République, le Colonel Mamadi Doumbouya. On a beaucoup sollicité cette aide et aujourd’hui Dieu merci on a été répondue ».
Evoluant sur le site horticole de Sonfonia et sur d’autres sites des autres communes de Conakry, les bénéficiaires qui étaient fortement mobilisées ont rassuré les autorités de l’utilisation à bon escient de ces équipements qui leur permettront désormais de travailler facilement.
« Cela nous permettra de travailler facilement. Nous demandons aussi à d’autres institutions et aux personnes de bonnes volontés de nous venir au secours comme FAO l’a fait, surtout à notre président de la république de nous aider à aménager notre site agricole ».
A rappeler que la cérémonie a débuté par une visite guidée sur un site de compostage initié par l’Agence belge de développement, Enabel.
Ce site a pour but de produire des engrais naturels a partir des déchets organiques qui sont pour la plupart utilisés dans les champs agricoles.

Sylla Youn, pour radioenvironnementguine.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here