La carbonisation prend une proportion inquiétante à Faranah, préfecture située à plus de 400 kilomètres de Conakry la capitale guinéenne en Afrique de l’ouest.

De nos jours, la production du charbon de bois est devenue la principale source de revenus des communautés locales, particulièrement celles du district de Souleymania dans la commune urbaine.
Pour le président du district Manga Waly CAMARA, « Chaque semaine plus de Sept cent sacs sont produits et commercialisés à Faranah Centre et environnants ». Plus loin, il ajoute
que malgré les conséquences néfastes que cela peut engendrer sur les ressources Forestières, acune mesure de protection de l’environnement n’est mise en place par l’administration forestière de la préfecture, que npus comptons interroger poyr sa verdion des faits.

Selon, les producteurs de charbon interrogés qui requièrent l’anonymat,  » cette situation s’explique par le manque de moyens pour vivre, sinon nous sommes conscients des dégâts que nous causons à la nature mais je signale également que nous payons 2000 fg par sac aux agents conservateurs de la nature pour noys autoriser la coupe » .

Et ce n’est pas qu’ à faranah que ces charbons sont consommés, les véhicules viennent d’autres villes pour s’approvisionner a ajouté notre interlocuteur.

Pire,aux dires de l’intéressé, « aucune, activité de reboisement n’est envisagée et aucune espèce n’est épargnée dans la coupe du bois ».
Ce qui contribue à la destruction du couvert végétal au grand dam des défendeurs de la chose environnementale.

Vivement donc, le changement de cette situation dans le sankaran.

Mamadi CAMARA à Faranah poyr Radio Environnement Guinée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here